1. Consultation publique de psychanalyse (C.P.P)
  2. Principes d’une consultation
  3. Consultation enfant
  4. Consultation d'adolescent
  5. Consultation adulte

Consultation publique de psychanalyse (C.P.P)


Membre du Réseau pour la Psychanalyse à l’Hôpital (R.P.H), le cabinet s’inscrit dans le dispositif de la Consultation Publique de Psychanalyse (C.P.P). Ce type de consultation, tel que développé depuis 1991 a pour objectif de rendre accessible la psychothérapie ou la psychanalyse à tous.

Initialement, il s’agissait de proposer aux patients sortant d’institutions hospitalières un espace de prise en charge thérapeutique et psychanalytique. Depuis, le concept s’est étendu grâce à un élan humaniste : parce que la souffrance n’attend pas, l’accessibilité au soin ne doit pas dépendre de considérations financières et sociales.

Aujourd’hui, la C.P.P des Yvelines reçoit toute personne qui souffre et qui demande à rencontrer un psychothérapeute, quels que soient ses moyens financiers et physiques, la consultation pouvant être gratuite (grande précarité, chômage…) et à domicile (précarité, handicap, maladies invalidantes, grossesse…).





Principes d’une consultation


  Avec ou sans rendez-vous

Pour s’adapter au mieux à toutes les demandes, le cabinet propose un espace d’écoute particulier de par son amplitude horaire et son accessibilité. Vous pouvez prendre rendez-vous du lundi au samedi à partir de 6h00 et jusqu’à 22h00.

Les consultations le dimanche sont envisageables si vos conditions professionnelles ou personnelles ne permettent pas de faire autrement. De même, le cabinet propose une consultation libre, c’est-à-dire sans rendez-vous, le mercredi de 12h00 à 20h00.



  Le coût de la séance

C’est en articulation avec la politique humaniste et déontologique du cabinet, et la Consultation Publique de Psychanalyse (C.P.P) telle que développée par le RPH, que l’accès à la consultation ne doit pas être déterminé par des enjeux économiques.

Ainsi, il n’y a pas d’honoraire fixe de consultation. La possibilité de rencontrer un psychothérapeute dépend donc uniquement de votre désir, quelle que soit votre situation intime et sociale. C’est lors du premier entretien, en fonction de votre situation sociale, professionnelle et du nombre de séances par semaine, que le prix juste est discuté. C’est par ce coût décidé, que votre travail prendra de l’importance et pourra produire des effets. Ce prix juste doit être une mesure adaptée de votre investissement pour votre thérapie ou pour votre psychanalyse. Il doit donc être ni trop bas ni trop haut, mais doit correspondre à votre maximum, c’est-à-dire en modifiant votre budget quotidien sans pour autant induire des difficultés supplémentaires.

Ce tarif est à adapter tout au long de votre cure. Les consultations ne sont ni remboursées par la sécurité sociale ni par votre mutuelle et doivent être réalisées dans la mesure du possible en espèces, pour s’approcher au plus près de la réalité financière, le paiement incarnant la transaction au moment de la consultation.



  Rythmicité

Que ce soit en psychothérapie ou en psychanalyse, il n’existe pas de durée fixée ou de nombre de séances prévu.

La psychothérapie et la psychanalyse permettent, d’une part de se débarrasser de ses symptômes (angoisse, dépression, phobie, etc.) et d’autre part de penser en profondeur l’articulation qui existe entre cette symptomatologie, la souffrance et l’histoire individuelle. Le traitement et la cure nécessitent donc de s’installer dans une temporalité plus large, que ce soit pour le malade, pour le patient ou pour le psychanalysant. C’est seulement ce temps, que l’on se donne à soi pour repenser son existence et son histoire, qui permet de comprendre les traces invisibles laissées par le vécu plus ancien.

Plus le travail est durable, plus les transformations et les modifications apparaîtront, parfois définitivement. Autrement dit, il ne s’agit pas simplement de fuir sa symptomatologie, de la remplacer ou de s’en débarrasser, mais il s’agit de la comprendre et de guérir ses origines. C’est pour cela que les autres psychothérapies comme les thérapies cognitives et comportementales, les chimiothérapies, les thérapies brèves, apaisent, déplacent et/ou remplacent le symptôme mais ne conduisent pas le sujet qui souffre vers la connaissance des motifs, vers l’acceptation et le savoir.



  Engagement

Vouloir en savoir davantage sur soi, en venant rencontrer un psychothérapeute, c’est entrer dans une démarche longue et parfois mise à mal par les résistances psychiques, inhérentes à tout travail de ce type.

Une psychothérapie ou une psychanalyse sont des approches coûteuses, à la fois en terme de temps, d’énergie et d’argent. Pour cela, vous devrez tenir bon dans ce voyage au long cours et faire confiance à votre thérapeute, chargé de conduire votre cure. Le cadre de la consultation est construit pour faciliter ce travail difficile mais courageux, ainsi il est important de :

Respecter le rythme et les horaires.
Payer les séances manquées ou annulées (quelle qu’en soit la raison).




Consultation enfant


cabinet

Les enfants, âgés jusqu’à environ 11 ans, n’expriment pas leur souffrance de la même façon que les adultes. Si ce n’est par le langage, ils communiquent leurs difficultés, leur souffrance, leur colère et leur mal-être par leur comportement ou par des difficultés sociales, relationnelles ou scolaires.

Les réactions d’agressivité, les troubles du sommeil, et l’opposition à ce que préconisent les parents peuvent être des réactions normales chez l’enfant, mais elles peuvent aussi devenir envahissantes et problématiques. Il est donc important de réagir et de demander de l’aide.

Les consultations ont donc pour objectif de comprendre et de donner une autre issue à ces réactions symptomatiques, de mettre du sens sur ce qui fait souffrir l’enfant. Elles servent aussi à répondre aux questions parentales, qui parfois sont dans l’incompréhension.

C’est en prenant au sérieux les expressions de l’enfant, que la psychothérapie permettra de mettre du sens sur la parole de ces enfants en souffrance, comme peuvent l’enseigner Mélanie Klein et Françoise Dolto par exemple.

Si l’enfant est d’accord, et après une évaluation concrète de la situation et de la souffrance, l’enfant sera pris en charge durablement.

Parce que les enfants communiquent différemment, divers supports pourront être utilisés pendant la psychothérapie (dessins, jouets, livres…). Ce matériel est utilisé pour faciliter l’expression des conflits qui empêchent l’enfant de devenir sujet de son existence.





Consultation d’adolescent


sculptureL’adolescence est un entre-deux dans lequel le sujet est en transformation, au cœur d’évolutions corporelles, biologiques et psychologiques considérables. Il est important de parler d’entre-deux parce que le sujet n’est plus un enfant, mais n’est pas tout à fait un adulte non plus : ce passage progressif, lié à des remaniements affectifs et identitaires, est parfois bouleversant et difficile.

Quand l’adolescence est source de trop de souffrance, il est important de pouvoir demander de l’aide afin de mettre du sens sur l’éprouvé corporel (puberté, sexualité, vie hormonale) et psychique (doute, crainte, désir sexuel, amour, amitié).

Par ailleurs, rencontrer un psychothérapeute pour adolescent est une issue qui peut prévenir une potentielle aggravation, surtout lorsque la situation parent-adolescent est douloureuse, marquée par l’incompréhension, la culpabilité et l’incommunication.

En effet, beaucoup de conflits sont liés à l’adolescence. C’est le temps du détachement d’avec la sphère familiale, de l’attachement à l’autre et à la société, des choix scolaires et professionnels : ces tensions sont parfois à l’origine d’un mal-être, d’anorexie, de boulimie, de mutilations, de repli, d’isolement, de vols, de consommation d’alcool, de drogue, de fugues, de violences, de délinquance, de conduite à risques ou encore de dépression. C’est quand la souffrance s’exprime par ces voies actives, qu’il est important de commencer une psychothérapie, pour mettre en parole l’adolescence, pour trouver le chemin vers soi et la responsabilité.





Consultation adulte


cabinet La souffrance chez l’adulte peut prendre différentes formes : corporelles, organiques ou psychiques.

Rencontrer un psychologue pour une psychothérapie ou une psychanalyse peut permettre de dénouer les nœuds inconscients qui freinent, voire empêchent, la réalisation de projets, des désirs et qui plongent le sujet dans la répétition, la destruction, l’addiction, etc.

Si aujourd’hui « être adulte » signifie savoir assumer ses responsabilités de citoyen et participer à la construction de l’avenir de la société, l’adulte n’est pas épargné de souffrance, d’impuissance, de difficultés inhérentes à l’existence humaine et à la réalité de la vie intime et sociale.

Les symptômes sont très diversifiés et signent un conflit de l’être avec sa propre existence : tristesse, maladie organique ou corporelle, angoisse, rumination, fatigue, troubles du sommeil, idées noires, troubles de la sexualité. Ces symptômes peuvent mettre à mal l’inscription de l’adulte dans son travail, sa famille ou dans son groupe social : il est donc important de commencer une psychothérapie pour reconnaître et dénouer l’influence des symptômes.

L’objectif de la psychothérapie ou de la psychanalyse n’est pas de supprimer le symptôme, car sa survenue, sa persistance répondent à un besoin, devenant nécessaire pour la vie psychique. Il s’agira alors préalablement de comprendre les processus inconscients à l’origine de cette formation symptomatique, seul moyen de prendre le temps d’accepter ses désirs, pour devenir sujet de son existence et accéder au bonheur.



Mentions légales